Étude comparé sur la brevetabilité des logiciels aux US et en France

Publié le 01/05/2002 -

PATENTABILITY OF SOFTWARE

In the United States, the law regarding the patentability of software required a hardware or technology component to be proper subject matter for patenting.  Traditionally, software developers have relied upon copyright protection rather than seeking patent protection.  However, over the past several years it has been established that software is patentable, and the number of software patent applications has increased dramatically.  Today, both patents and copyrights are appropriate vehicles for protecting software. 

1. United States Legal Framework

The law of patents and copyrights goes back in the United States to the U.S. Constitution itself.  Over the intervening 200-plus years, patent law has adapted with technological evolution, but law been slower to take into account new software-driven technologies.  Patent applications are reviewed, and patents administered, by the United States Patent and Trademark Office (PTO), an agency of the US Department of Commerce.  The PTO receives over 300,000 patent applications annually.  The agency issued 176,000 patents in 2000, the most recent year for which information is available.  The PTO’s website may be found at www.uspto.gov.

A patent may be issued to a person who invents “any new and useful process, machine, manufacture, or composition of matter, or any new and useful improvement thereof.”  The US Supreme Court has held that only “laws of nature, natural phenomena and abstract ideas” are unpatentable, but this guidance has not proved to be very useful when applied to software.  A patent permits the holder to exclude others from making, using or selling the invention in the United States.  A patent is not a grant of the right to manufacture or sell an invention, but rather of the right to prevent others from doing so.  A patent exists for 20 years from the date an application is filed, regardless of the amount of time the PTO requires to review and approve the application.  If the Patent Office unnecessarily delays the patent prosecution without fault by the applicant, the time can be extended by several years.  An inventor may file a provisional application, consisting of a specification and a drawing of the invention that complies with certain statutory requirements.  If the inventor files the other material required by law within 12 months of filing the provisional application, the inventor will receive the date of filing of the provisional application as its filing date, giving it that priority date for all priority disputes.

All patent applications, including those for software, are evaluated using a several-part test.  There are three primary areas of focus: (1) usefulness, (2) novelty, and (3) non-obviousness.  Usefulness exists when the invention serves a useful purpose and operates to perform its intended purpose.  An invention cannot be found novel, and thus a patent will not be issued, if it has been used by others in the United States, previously patented or described in print in the United States or another country, or if it was patented, in public use in the United States or described in print in the United States or abroad more than one year before the application was filed.  The PTO staff reviewing patent applications, called examiners, conduct extensive searches of a variety of different types of media to determine whether the information that is the basis for the patent was available to the public before the application was filed (the body of pre-existing information is known as “prior art”).  Finally, a patent may not be issued unless its subject matter is “non-obvious.”  In other words, if the differences between the invention and the prior art are such that the differences would have been obvious to a person of ordinary skill at the time that the invention was made, a patent will not be granted.  If an invention clears these initial hurdles, it is deemed “statutory subject matter,” or material that is eligible for patent protection, provided the other requirements of the law are met.

2. Legal Protection for Software:  Addressing Developer Concerns

Until fairly recently, software manufacturers sought copyright protection but avoided seeking patent protection, due to uncertainties about the applicability of patent law to software and to the relative ease of obtaining copyright protection.  Copyrights are less expensive to put into place and last for 70 or more years.  The source and object code found in software have been entitled to copyright protection for about 10 years.  By contrast, a patent application may cost several thousand dollars to file and pursue through the application process, and the resulting protection is for 20 years.  Also, the patent application review process often takes 2 years or longer, which may be too long for developers hoping to get their products funded and distributed to the public.

A desire to protect the secrecy of the programming found in software also may have fueled the reluctance to file for patent protection, because the details of an invention must be disclosed in the patent application.  Patent applications are kept confidential but may be required to be published 18 months after an application is filed, subject to substantial exceptions (not existing in any other country) found in the statute.  Importantly, a patent application may be kept confidential indefinitely if the inventor files a certificate with its application stating that the invention has not and will not be the subject of an application in another country or under a multilateral agreement that requires publication after 18 months.  In addition, rather than revealing its source code, a developer may instead file a flow chart of the logical operations of the program with the patent application, if the inventor can show that such a chart is the best set of specifications of the program.

A key part of the review process for software patent applications is the examiner’s review of prior art.  The prior art review is especially important for software because of the boom in the development of software generally, and thus in the large volume of information already available to the public that might prevent a patent from being issued to a new inventor.  A review of U.S. and foreign prior art is warranted, but has been hampered by the lack of a comprehensive database of software applications and patents.  Over the past several years, the Software Patent Institute has begun compiling such a database. Developers should keep in mind that the copyright and patent laws work together:  copyright laws protect originality, while patent laws protect novelty.  However, there is a significant limitation in copyright protection that is worth considering.  Because copyright law protects original works, each of two developers creating the same product independently could be entitled to copyright protection.  In contrast, however, United States patent law protects the first developer to invent a product, provided the developer files proof that it was the first inventor of the product.  Thus, an inventor can prevent another developer from offering a competing product.  Trends suggest that developers are increasingly aware of this benefit.  The number of software patents issued, and thus the number of software patent applications filed, has increased dramatically.  In 1988, the PTO issued approximately 800 software patents.  By 2000, the PTO expected to issue about 24,000 such patents.

3. What is Patentable?

Aside from the practical concerns of software developers discussed above, legal questions have arisen about whether software is statutory subject matter.  A further limitation to the development of a software patent body of law is the PTO itself.  Software patent applications are not reviewed by examiners with specific software education or training, so a perception has arisen that software is, in a sense, the “poor cousin” of computer hardware, for which technical expertise at the PTO is abundant.  This lack of specialized examination staff may contribute to delays in the processing of applications, which could be deadly for software with a relatively short useful life.

In addition to the limitations of the PTO, the courts have adapted only slowly to the boom in technology applications.  Beginning in about 1980, judicial decisions concerning software patents established that a mathematical algorithm, standing alone, is not patentable.  Under this reasoning, the inventor must use the algorithm to create or transform a process to make a program eligible for patenting.  The principles in these cases were incorporated into Guidelines the PTO issued to its staff in 1995, which were developed specifically for the evaluation of computer hardware and software patent applications. A federal appeals court with jurisdiction over many patent appeals re-evaluated and simplified the analysis of software patent claims in 1998.  The court found the mathematical algorithm analysis to be outdated, and looked instead at whether the algorithm produced a “useful, concrete and tangible result.”  The court relied on the “usefulness” test discussed above, stating that “to be patentable an algorithm must be applied in a ‘useful’ way.”  The court further stated that the transformation of data in the case was the practical application of an algorithm, because it produced a useful result.  In the same case, the court determined for the first time that business processes were patentable.

Despite these clarifications in the law, it continues to be difficult to predict whether a particular type of software will be patentable.  Specialized patent counsel should be retained to shepherd the software developer through the patent application process.  An analysis of an invention may show that the entire software program may not be patentable, nor may patent protection for the whole program be necessary or desirable.  Usually, a software developer will seek a patent for a process contained in or a system created or driven by the software.  Once patent protection is obtained, the developer may go on to use the patented application in another process or program, or to license the patented application for use and development by others, thereby increasing its return on its research and development investment.  Obtaining a patent for a software process is an important step in the business plan for any software development project.

*    *    *

Finally, the judicial acceptance and clarification of software patentability should not be construed to mean that a software patent, once granted, will in practice always provide broad protection against functionally competing products arguably infringing the patent.  Recent court decisions have employed a narrow and technical reading of the patent application’s « claims » of novelty to find non-infringement of existing patents by competing software products that perform identical functions, albeit by arguably technically different processes.  Since the commercial value of a software patent will often be in its prevention of competing software performing the same functions, albeit through slightly different underlying processes, as the patented software, rather than software using the same underlying processes to achieve the same functionality, a judicial trend towards such technical patent application claims readings may often operate to effectively deprive a patent of its practical usefulness.

BREVET LOGICIEL : UNE ENTREE OFFICIELLE EN EUROPE ?

En France comme en Europe, le logiciel est protégé traditionnellement par le droit d’auteur, en tant qu’œuvre de l’esprit, dès lors qu’il constitue une création de forme originale. Simple car ne nécessitant aucun coût ni aucune formalité, le droit d’auteur s’est cependant vu reprocher très tôt son inadéquation à l’objet particulier qu’est le logiciel. Celui-ci étant formellement exclu du champ de la brevetabilité par la loi, une réflexion s’est engagée à l’initiative des institutions de l’Union européenne, visant à modifier l’état du droit. Le 20 février 2002, au terme d’un long processus de consultation à l’échelle nationale et européenne, la Commission présentait publiquement une proposition de directive relative à la brevetabilité des inventions mises en œuvre par ordinateur. Si le texte est adopté en l’état, de nombreuses conséquences sont à prévoir, tant juridiques qu’économiques.

1. L’état du droit aujourd’hui

La brevetabilité du logiciel per se est en principe prohibée tant au niveau national qu’européen (article L 611-10 du Code de la Propriété Intellectuelle Français (CPI), article 52 §2 de la Convention de Munich sur le brevet européen du 5 octobre 1973). La règle est fondée sur la non protection par le brevet des principes et méthodes dans l’exercice d’activités intellectuelles et des formules mathématiques, dont le caractère abstrait les rend non susceptibles d’application industrielle.

L’office européen des brevets (OEB), chargé d’appliquer la Convention de Munich sur le brevet européen, ainsi que certains offices nationaux (notamment l’Institut National français de la Propriété Industrielle, INPI) acceptent cependant depuis longtemps de délivrer des brevets sur des programmes dès lors que ceux-ci sont insérés au sein d’un processus industriel, et que, mis en œuvre par un ordinateur, ils présentent ou sont susceptibles de présenter un « caractère technique ».

Le brevet est alors accordé à l’invention dont l’un seulement des éléments est le logiciel et non pas au programme en tant que tel. La machine-outil pilotée par un logiciel est un exemple topique de ce type d’invention. La solution est d’ailleurs strictement conforme aux droits national et européen, dès lors que l’invention considérée dans son ensemble offre une contribution à l’état de la technique.

Néanmoins, la jurisprudence de l’OEB s’est peu à peu infléchie : le caractère technique de l’invention logicielle a semblé résulter de sa seule vocation à s’exécuter sur un ordinateur. En effet, tous les programmes exécutés ou susceptibles d’être exécutés sur un ordinateur présentent par définition un caractère technique, car l’ordinateur est une machine, l’OEB est parvenu dans certains cas à protéger le logiciel en tant que tel (Décision Controlling pension benefits system, OEB 2000).

En dépit de ces pratiques extensives, très peu d’entreprises européennes conçoivent la possibilité de protéger le logiciel par le brevet. Ainsi, 75 % des 13 000 brevets logiciels déposés en Europe en 1999 étaient le fait d’entreprises étrangères. L’information des entreprises européennes est l’un des buts poursuivis par la proposition de directive du 20 février 2002.

2. La proposition de directive du 20 février 2002

Pour la Commission Européenne, c’est essentiellement l’insécurité juridique résultant pour les acteurs de l’industrie européenne du logiciel de la situation ambiguë que nous venons de décrire qui justifie l’initiative communautaire. Si les textes sont peu ou prou identiques dans tous les Etats européens, selon la Commission, « leur mise en application dans la jurisprudence et les pratiques administratives de chaque Etat membre diffèrent ». « Une invention mise en œuvre par ordinateur peut être protégée dans un Etat membre mais pas dans un autre, ce qui produit des effets directs négatifs sur le bon fonctionnement du marché intérieur ».

La proposition de directive a donc pour finalité d’harmoniser les droits nationaux des brevets sur la question des inventions logicielles, pour rendre les conditions de leur brevetabilité plus transparentes et mettre fin à ces divergences de jurisprudence.

Après plusieurs consultations à grande échelle, qui n’ont fait que confirmer ce « besoin d’agir » au niveau communautaire, le nouveau texte a vu le jour.
La proposition de directive pose les conditions de brevetabilité d’une « invention mise en œuvre par ordinateur ». Cette dernière notion est très large :  elle s’entend d’une invention dont l’exécution implique l’utilisation d’un ordinateur, mais également d’un réseau informatique ou même d’un autre appareil programmable. L’invention doit présenter « à première vue » une ou plusieurs caractéristiques nouvelles qui sont réalisées totalement ou en partie par un ou plusieurs programmes d’ordinateurs (article 2 a) de la proposition de directive).

En outre, cette invention doit être considérée comme appartenant à un domaine technique (article 3). Ainsi, si cette invention répond aux trois conditions ordinaires relatives à l’application industrielle, la nouveauté et à l’activité inventive, elle est brevetable.

Le critère fondamental en la matière pour la Commission demeure l’activité inventive : pour remplir ce critère, l’invention mise en œuvre par ordinateur doit apporter une « contribution technique », définie (de manière sibylline) comme « la contribution à l’état de la technique dans un domaine technique, qui n’est pas évidente pour une personne du métier ». On retrouve le « caractère technique » de la jurisprudence de l’OEB.

La Commission donne des exemples concrets de « contribution technique » : « une invention par laquelle la vitesse de traitement d’un ordinateur est augmentée par une nouvelle méthode non évidente ; une invention portant sur la communication entre des systèmes indépendants qui implique un niveau d’intervention faisant appel à des qualifications techniques dépassant celles normalement requises d’un programmeur et devant être réalisé avant le début de la programmation en tant que telle».

La Commission ne semble pas prête à admettre, à l’instar des Etats-Unis, la brevetabilité per se des programmes d’ordinateur, voire celle des méthodes économiques : « la simple informatisation d’une méthode ou d’une technique déjà connue ou l’application informatique d’une méthode pour l’exercice d’activités économiques ou d’une méthode similaire (comme un nouveau modèle mathématique permettant de suivre les cotations en bourse) ne pourront pas non plus être reconnues comme des inventions brevetables ».

Pour l’essentiel, les critères retenus sont donc ceux que l’OEB applique d’ores et déjà aujourd’hui. Seule l’observation de la pratique permettra d’analyser les véritables conséquences d’une adoption de la directive. Dans l’exposé des motifs cependant, il apparaît que selon la Commission, tous les programmes d’ordinateur revêtent par définition un caractère technique. L’adoption de la directive pourrait donc avoir pour effet de valider la pratique la plus radicale de l’OEB.

3. Opportunité et conséquences de l’éventuelle adoption de la proposition

Si la proposition de directive est adoptée en l’état par le Conseil des Ministres, les acteurs de l’industrie européenne du logiciel disposeront officiellement, en sus du droit d’auteur qui subsiste, d’une protection nouvelle pour leurs créations. Le brevet leur permettra a priori de disposer d’un monopole étendu sur les fonctionnalités du programme, voire sur l’algorithme lui-même. En outre, les formalités de dépôt à l’INPI préalables à toute demande de brevet assureront une publicité aux tiers, qui sauront quels droits peuvent leur être opposés par les titulaires. Enfin, la lisibilité pour les entrepreneurs de la protection légale, mise à mal par la complexité de la protection atomisée par le droit d’auteur, en sortira grandie.

Néanmoins, il ne faut pas minimiser les difficultés d’ordre juridique à naître de la situation de double protection – brevet et droit d’auteur – sur l’objet logiciel.

Tout d’abord la titularité des droits : en matière de brevet, le titulaire des droits est l’inventeur, c’est à dire le déposant de la demande à l’INPI. En matière de droit d’auteur, il n’y a pas de définition de l’auteur, celui-ci est déterminé par un faisceau de présomptions, dont l’articulation est déjà subtile en soi, et dont la principale désigne le divulgateur de l’œuvre. Il est donc à envisager des hypothèses de titulaires distincts.

En matière de création logicielle salariée, il existe une présomption de cession des droits patrimoniaux d’auteur à l’employeur, à l’article L 113-9 du CPI. Pour les brevets, l’article L 611-7 du même code prévoit un système plus complexe, reposant sur la distinction entre l’invention de mission, l’invention hors mission, et l’invention hors mission attribuable à l’employeur. Si les critères prévus par ces deux textes semblent correspondre, il y aura là un terrain propice aux débats en cas de contentieux.

La fiscalité est différente : les cessions et concessions d’œuvres artistiques sont imposées au taux normal de l’impôt sur le revenu, tandis que les mêmes opérations portant sur des inventions obéissent au régime de faveur des plus-values à long terme.

Les durées des droits sont différentes : 20 ans pour le brevet, jusqu’à 70 ans après la mort de l’auteur pour le droit d’auteur. Il en résulte que sur le même logiciel, certaines parties seront dans le domaine public, tandis que d’autres seront toujours protégées.

Enfin, si la proposition de directive est adoptée en l’état, en cas de contentieux, et ils seront probablement nombreux, la compétence juridictionnelle n’obéira pas aux mêmes principes selon la protection envisagée : si en matière de droit d’auteur, on peut plaider devant n’importe quel Tribunal de grande instance ou Tribunal de commerce, en matière de brevet, seuls dix Tribunaux de grande instance ont une compétence d’attribution. Le contentieux portera ainsi d’abord sur la compétence.

*    *    *

Toutefois le texte n’est pas encore adopté et le gouvernement français s’est d’ailleurs radicalement opposé au texte lors de sa présentation officielle ce qui laisse présager d’une recrudescence des débats en la matière.

Autres publications